Importance des fonctions exécutives dans les conduites d’apprentissage chez l’enfant.

Par Gilles LELOUP

Dans une acceptation assez large, le concept de « système exécutif » renvoie à des processus d’inhibition, de planification, de flexibilité, de contrôle. Ces processus doivent permettent de faciliter l’adaptation du sujet à des situations nouvelles, d’autant que les conduites cognitives « de routines » ne peuvent suffire (Damasio, 1995). Ainsi les fonctions exécutives semblent donc commencer là ou la tâche requiert la mise en place de processus contrôlés (Van der Linden et al. 2000).

Le concept de « fonctions exécutives » fut proposé initialement par Luria (1967, 1978). Ce concept a l’intérêt de se détacher de l’appellation purement anatomique de « syndrome frontal » puisqu’il apparait que certaines fonctions exécutives sont sous la dépendance de régions cérébrales postérieures (Carpenter, 2000). Depuis plusieurs années, c’est donc le terme de « syndrome dysexécutif » qui est maintenant adopté pour décrire les patients souffrant d’un trouble des fonctions exécutives.

En remédiation orthophonique ce syndrome dysexécutif est souvent décrit chez les patients souffrant d’un traumatisme crânien, les patients aphasiques suite à un AVC affectant les régions corticales et sous-corticales. Mais également de plus de plus d’enfants, particulièrement les enfants nés prématurément, montrent des tableaux clinique de type dysexécutif. Enfin, il est de plus en plus évoqué des troubles de la mémoire travail qui nécessitent de mieux comprendre les liens unissant la mémoire de travail et les fonctions exécutives.

Description de la formation

Moyen :

Un formateur orthophoniste ayant des compétences théoriques et pratiques dans le traitement des maladies neurologiques et développementales chez l’enfant. Le formateur est rattaché à un service hospitalier, chargé de cours à une école d’orthophonie et a publié des travaux se rapportant à la méthodologie du traitement des pathologies développementales (Gilles Leloup, orthophoniste, Docteur en Sciences du Langage, DU de neuropsychologie théorique et développementale, collaborateur au laboratoire de psychologie cognitive UMR 7290).

Méthodologie :

Le formateur devra analyser les informations concernant les pratiques diagnostiques et thérapeutiques des stagiaires à partir des grilles d’auto-évaluation. Il devra ensuite en fonction de ces informations définir avec les stagiaires les objectifs individuels d’amélioration des pratiques, puis ensuite fournir un enseignement répondant à ces objectifs en accord avec les connaissances théoriques et cliniques actuelles. Un dernier temps, qui correspond à une évaluation critériée, validera le bien fondé de cette réflexion sur les pratiques, le renforcement des connaissances et les objectifs d’amélioration des pratiques des stagiaires.

Déroulement :

  1. Evaluation et Analyse des pratiques professionnelles
    • Proposition d’une grille d’évaluation théorique et clinique des pratiques orthophonique,
    • Analyse et critique avec les stagiaires de leurs réponses à cette grille,
    • Définition des objectifs d’amélioration,
    • Suivi et synthèse des actions d’amélioration.
  2. Programme de formation en référence
    • Aux éléments initiaux fournis par le recueil des informations aux grilles d’évaluation,
    • Aux connaissances les plus actuelles sur les processus des fonctions exécutives,
    • Aux connaissances des tableaux sémiologiques dans le champ des pathologies acquises et développementales,
    • Aux connaissances des nouvelles pratiques d’évaluation et de soins orthophoniques et pluridisciplinaires.
  3. Déroulement de la formation
    • Etape initiale (phase 1)
      Après son inscription à cette formation, le stagiaire a accès, par internet, à des textes, articles, référentiels, explicatifs de ce qu’est une démarche d’évaluation des pratiques professionnelles (EPP). Une grille d’auto-évaluation lui est remise qu’il doit remplir à chaque fois qu’il pratique un bilan et qu’il définit un plan de traitement ou bien en reprenant des dossiers de patients en cours.
    • Etape présentielle (phase 2)
      • Une demi-journée de 3 heures 30 est consacrée à l’EPP et à l’analyse des grilles remplis par les stagiaires. Après une analyse et une critique constructive des pratiques et il définit des objectifs d’amélioration des pratiques individuelles.
      • Une journée de 7 heures est consacrée à l’apport des connaissances les plus actuelles théoriques et cliniques de la remédiation des troubles des fonctions exécutives, en développant particulièrement les questions autour du diagnostic différentiel et des orientations rééducatives des troubles d’attention, de la mémoire, du langage oral et écrit. D’après ces apports, le stagiaire reprendra sa grille d’auto-évaluation et la remplira en essayant de tenir ses objectifs d’amélioration.
      • Une demi-journée de 3h30 est consacrée à une reprise des objectifs individuels de l’amélioration des pratiques de diagnostic et thérapeutique par un débriefing et la mise en commun du recueil des informations fournis par les grilles d’auto-évaluation des stagiaires (à remplir en toute fin de stage).

Programme remis au stagiaire

Importance des fonctions exécutives dans conduites d'apprentissage chez l'enfant

Description de la formation

1ère journée :

  • 9h00 – 9h30 : présentation du formateur, des objectifs et tour de table. Retour sur les Grilles EPP.
  • 9h30 – 12h30 (dont 15 ‘ de pause) : apport théorique : comment le syndrome dysexécutif interfère dans le processus d’apprentissage.

    Les fonctions exécutives, essai de définition, implication dans les troubles mnésiques, dans les troubles attentionnels, dans la pragmatique.

  • 12h30 – 14h00 : pause repas
  • 14h00 – 17h30 (dont 15 ‘ de pause) : Travaux pratiques : Mise en situation - Etude de cas d’enfants atteints de syndrome dysexécutif. Dépistage - Recherche de diagnostic.

2ème journée :

  • 9h00 -11h00 : Apports de la clinique : Prise en charge rééducative ou programme de remédiation ?
  • 11h00 – 11h15 : pause
  • 11h15 – 12h30 : 1ère Partie des Travaux pratiques : Mise en situation – rééducation du langage écrit et fonctions exécutives. Rééducation du langage oral et fonctions exécutives.
  • 12h30 – 14h00 : pause repas
  • 14h00 – 16h00 : 2ème Partie des Travaux pratiques : Mise en situation – rééducation du langage écrit et fonctions exécutives. Rééducation du langage oral et fonctions exécutives.
  • 16h00 – 16h15 : pause
  • 16h15 – 17h30 : Questionnaire de validation des acquis – Correction. Questions/Réponses et conclusions
    Fin du stage