Les enjeux de l’oralité ou les troubles de l’oralité chez l’enfant et ses thérapeutiques.

  • Titre :

« Les enjeux de l’oralité ou les troubles de l’oralité chez l’enfant et ses thérapeutiques.»

  • Intervenant :

Catherine THIBAULT

  • Résumé :

Objectifs de la formation :
Former les orthophonistes à mieux évaluer et (ré)éduquer la sphère oro-faciale del’enfant dans une prise en charge globale.

Le travail proposé aux stagiaires comprendra des apports théoriques et pratiquespermettant d’élaborer des exercices (jeux bucco-faciaux) à utiliser avec les patients.
Des vidéos permettront de mieux appréhender la prise en charge autour de la boucheet au-delà de la bouche.

  • Programme :

1ère journée :

9h00- 9h30 : Présentation du cadre, du formateur et rappel des objectifs de la session.
Synthèse et résumé des attentes des stagiaires + retour sur les questionnaire pré-formation (grilles APP).

9h30-10h30 : Les sens cachés de l’oralité : embryogenèse faciale et cervicale, l’oralité marqueurqualitatif de maturation corticale à la séquence de Pierre robin

10h45-11h00 : Pause

11h00-12h00 : Le lien entre oralité alimentaire et verbale (du reflexe de succion-déglutition à la praxie de mastication, du premier cri auxpremiers mots).

12h00-12h30 : L’attachement

12h30–14h00 : repas

14h00-14h30 : La prématurité, les troubles du comportement alimentaire/ la nutrition artificielle

14h30-16h00 : La dysoralité

16h00-16h15 : Pause

16h15-17h30 : Accompagnement parental et éducation gnoso-praxique orale précoce, prise en charge spécifique des troubles de l’oralité alimentaire( gustation , olfaction).

2ème journée :

9h00- 10h45 : Rappel anatomique et fonctionnel : physiologie et anatomie des fonctions de déglutition, de mastication, de phonation, de respiration, deventilation et de posture autour des organes clés de l’oralité, la langue et le voile du palais.

10h45-11h00 : pause

11h00- 12h30 : Evaluation : L’oralité au cœur du bilan orthophonique de l’enfant
Les troubles du sommeil (SAOS et oralité)

12h30–14h00 : repas

14h00-16h00 : Prise en charge de la sphère oro-faciale chez l’enfant tout-venant et différente maladie rare, TSA.

16h00-16h15 : Pause

16h15-17h15 : études de cas/jeux de rôle.

17h15-17h30 : Questionnaire de satisfaction + questionnaire de validation des acquis.
Correction et conclusion du stage

  • Durée :

2 jours soit 14 heures en présentiel

  • Déroulé pédagogique de l’action :

    1. Activité d’analyse des pratiques (APP) en non présentiel, pré-session cognitive
      (grille à remplir directement sur le internet de l’AEPVLC www.aepvlc.fr).
    2. Session cognitive présentielle.
    3. Activité d’EPP en non-présentiel, post-session cognitive.
  • Mise en œuvre des méthodes HAS :

Approche dominante : cognitive complétée par une action d’analyses des pratiquesarticulée avec l’action cognitive.

  • Moyen d’Encadrement :

Un représentant de l’AEPVLC, sera présent lors de cette formation, pour assurer le suivi de l’enseignement et vérifier le bonfonctionnement de la formation.
Une liste d’émargement sera signée au début de chaque demi-journée.
Le responsable des relations avec les stagiaires est joignable par téléphone au 06.95.68.56.74, par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ainsi que par courrier postal à :

AEPVLC – 11 rue du Haut Pavé – 91150 – ETAMPES.

  • Méthodes pédagogiques mises en œuvre :

    • support power point/pdf remis au stagiaire 10 jours avant le début du module,
    • supports écrits et vidéos,
    • ateliers, travaux pratiques, jeux de rôle.
  • Méthodes d’évaluation de l’action proposée :

Questionnaire d’Evaluation des Pratiques Professionnels :
La grille d’EPP est une méthode d’évaluation des pratiques qui mesure les écarts entre la pratiqueréelle observée et la pratique attendue ou recommandée (recommandations de bonne pratique…) à partir de critères d’évaluation.

En fonction des résultats d’une première analyse des pratiques professionnels, les professionnels mettenten place des actions d’amélioration de la qualité des soins.

L’impact de ces actions est évalué par une nouvelle mesure des écarts entre la pratique réelle observée etla pratique attendue ou recommandée selon les mêmes critères d’évaluation.

Questionnaire de satisfaction :
Un questionnaire de sortie de stage (évaluation critique de la formation par les participants) sera remis aux stagiaires à la fin de la sessionprésentielle.

Questionnaire d’évaluation des acquis :
Analyse collective et rétrospective de cas cliniques ayant pour objectif la mise en œuvre et le suivi pour améliorer la qualité et la sécuritédes soins.

Questionnaire d’évaluation de l’amélioration des pratiques à distance :
Les questionnaires de satisfaction font l’objet d’une analyse qualitative et quantitative des résultats pourl’Association.

Les questionnaires d’évaluation des acquis sont analysés par le formateur.

L’analyse des réponses aux questionnaires met en évidence les moyens pédagogiques ayant eu le plusd’impact sur la pratique professionnelle des stagiaires, leur satisfaction et leur implication, ce qui permet au comité de pilotage de dégager des axespertinents d’amélioration des formations ultérieures à mettre en œuvre, en terme de contenu, d’objectifs de formation, et de moyens.

  • Bibliographie :

    • Abadie V. (2004), « Troubles de l’oralité du jeune enfant », Rééducation orthophonique, 220, 55-68.
    • Adèle L., Coquet F., Dumont A., Touzin M. (2001), « Le projet thérapeutiqueorthophonique », A.N.A.E.S., L’orthophonie dans les troubles spécifiques du langage oral chez l’enfant de 3à 6 ans, annexe 3.
    • Adrien J-L., Lenoir P., Martineau J., Perrot A., Hameury L., Larmande C., Sauvage D. (1993), « Blind Ratings ofEarly Symptoms of Autism Based upon Family Home Movies», Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 32, 617-626.
    • Adrien J-L (2011), Troubles du spectre autistique et troubles d’apprentissage, Identification précoce etaccompagnement de l’enfance à l’âge adulte, 23, tome V, 115, Paris, A.N.A.E.
    • Albaret J-M., Zanone P-G., de Castelnau P. (2000), « Une approche dynamique des troubles d’acquisition de la coordination », A.N.A.E., 59-60, 126-134.
    • Albert M.L., Sparks R.W., Helm N.A. (1973), « Melodic Intonation Therapy forAphasia », Archives of Neurology, 29, 130-131.
    • Amiel-Tison C., Gosselin J. (1998), Développement neurologique de la naissance à 6 ans, Montréal, Presses de l’hôpital Sainte Justine.
    • Anzieu D., Bowlby J., Chauvin R., Duyckaerts F., Harlow H., Koupernik C., Lebovici S.,Lorenz K., Malrieu P., Spitz R., Widlöcher D., Zazzo R. (1974), L’attachement, Neufchâtel, Delachaux et Niestlé.
    • Anzieu D. (1985), Le Moi-Peau, Paris, Dunod.
    • Association Parole Bégaiement (2010), Le bégaiement du jeune enfant, intervention précoce, Paris, APB.
    • Barbier I. (2004), L’accompagnement parental à la carte », Isbergues, Ortho-Éditions.
    • Barkley R. A. (2010), « Deficient emotionnal self-regulation is a core component ofAttention-Deficit/Hyperactivity Disorder », Journal of ADHD Related Disorders, 1, 5-37.
    • Baron-Cohen S., Allen J., Gilberg C. (1992), « Can autism be detected at 18months ? The needle, the haystack and the CHAT », British Journal of Psychiatry, 161, 839-843.
    • Bassano D. (2000), La constitution du lexique : le « développement lexicalprécoce » », in L’acquisition du langage. Vol 1 : Le langage en émergence, Kail M., Fayol M., Paris, PUF, pp 137-168, 2000.
    • Bates E., Dale P., Thal D. (1995), « Individual differences and their implications for theory of languagedeveloppement », in The Handbook of child language, Fletcher P., MacWhinney B., Oxford, Blackwell Publishing, pp 96-151.
    • Bellouard-Masson S. (2010), « Dysphasies : du repérage à l’orientation »; Rééducation orthophonique, 241, 49-63.
    • Bennaceur S., Thibault C. (1998), « Conception chirurgicale et orthophonique des fentes labio-alvéolo-palatines », in Les fonctions oro-faciales, évaluation, traitements et rééducation, Isbergues, Ortho-Édition, pp 173-189.
    • Blanc N. (2010), Lecture et habiletés de compréhension chez l’enfant, Paris, Dunod.
    • Bolognini, M. & Prêteur, Y. (1998). Estime de soi, perspectives développementales. Lausanne : Delachaux & Niestlé.
    • Borel-Maisonny S. (1961), « La correction des troubles d’articulation », in Traité de phonologie et de phoniatrie, Tarneaud J., Paris, Maloine, pp 419-33.
    • Bowbly J. (1969), Attachment and loss, Vol. 1, New York, Basic Books.
    • Brin F., Courrier C., Lederlé E., Masy V. (2004), Dictionnaire d’orthophonie, 2° édition, Isbergues, Ortho-Édition.
    • Bullinger A., Mellier D. (1988), « Influence de la cécité congénitale sur les conduites sensori-motrices chezl’enfant », Cahier de Psychologie Cognitive, 8, 191-203.
    • Bullinger A. (2004), Le développement sensori-moteur de l’enfant et ses avatars, Toulouse, Erès.
    • Cabrejo-Parra E. (2004), « Acquisition du langage et activités psychiques », Du jasis à la Parole, acquisition du langage, Actes du colloque du 6 mars 2004 au centreAlfred Binet, Cabrejo-Parra E., Sadek-Khalil D., Chalumeau P., Diatkine R., Montreuil, Édition du Papyrus, pp 11-20.
    • Chabrol B. (2008), « L’enfant avec un handicap », Pédiatrie Pratique, 200, 14-15.
    • Coquet F. (2004), « Les approches plurielles du retard de langage-Les troubles dela parole », in L’état des connaissances, Vol 3.
    • Coquet F., Ferrand P. (2008), « Rééducation des retards de parole et de langageoral », Les approches thérapeutiques en orthophonie, Tome 1, 65-116.
    • Couly G. (1993), « Développement de l’oralité et du comportement oral », inTraité de nutrition pédiatrique, Ricour C., Paris, Maloine, pp 355-360 ;
    • Couly G. (2010), Les oralités humaines - Avaler et crier : le geste et son sens, Rueil-Malmaison, Doin Editions.
    • Couture G., Eyoum I., Martin F. (1997), Les fonctions de la face : évaluation et rééducation, Isbergues, Ortho-Édition.
    • Crunelle D. (2010), « La guidance parentale autour de l’enfant handicapé oul’accompagnement parental orthophonique des parents du jeune enfant déficitaire », Rééducation orthophonique, 242, 7-
    • Cuilleret M. (2003), Trisomie 21 : aides et conseils, 4ème édition, Paris, Masson.
    • Damasio A. (1999), Le sentiment même de soi : corps, émotion et conscience, Paris, Odile Jacob.
    • Denni-Krichel N. (2007), « Bilinguisme précoce », L’orthophoniste, 271, 8-10.
    • Denni-Krichel N. (2010), « Prise en charge orthophonique précoce de l’enfant avecTED », Rééducation Orthophonique, 241, 35-47.
    • Denni-Krichel N., Kremer J-M. (2010), Prévenir les troubles du langage des enfants, Paris, Éditions Josette Lyon.
    • Dolto F. (1984), L’image inconsciente du corps, Paris, Seuil.
    • Dolto F. (1987), Tout est langage, Paris, Vertiges du nord/Carrere.
    • Dubois G., Kuntz J-P. (1999), Le sujet, son symptôme et le thérapeute du langage, Paris, Masson.
    • Fair L., Louw B. (1998), Early communication intervention with young children with Pierre Robin sequence, The South African Journal of Communication Disorders, 45, 51-60.
    • Fayol M., Kail M. (2000), L’acquisition du langage, le langage en émergence, de la naissance à trois ans, Paris, PUF.
    • Freud A. (1968), Le normal et le pathologique chez l’enfant, Paris, Gallimard.
    • Gibello B. (1995), La pensée décontenancée. Essai sur la pensée et ses perturbations, Paris, Bayard.
    • Gil R. (2006), Neuropsychologie, 4° édition, Paris, Masson.
    • Gillet P., Hommet C., Billard C. (2000), Neuropsychologie de l’enfant : uneintroduction, Marseille, Solal.
    • Guidetti M. (2003), Pragmatique et psychologie du développement : Comment communiquent les jeunes enfants, Paris, Belin.
    • Guillerault G. (1989), Le corps psychique, essai sur l’image du corps selon Françoise Dolto, Paris, Éditions Universitaires Bégédis.
    • Kapp-Simon K., Krueckeberg S. (2000), « Mental development in infants with cleft lip and/or palate », in Cleft Palate Craniofac, 37, 1, 65-70
    • Kremer J-M., Lederlé E. (1991), La rééducation tubaire, Isbergues, Ortho-Édition.
    • Le Huche F. (1984), La voix ; Anatomie et physiologie des organes de la voix et de la parole, Paris, Masson.
    • Le Métayer M. (1999), Rééducation cérébro-motrice du jeune enfant : Éducation thérapeutique. KinésithérapiePédiatrique, Paris, Masson.
    • Lussier F., Flessas J. (2009), Neuropsychologie de l’enfant : troubles développementaux et de l’apprentissage, Paris, Dunod.
    • Mazeau M. (2003), Conduite du bilan neuropsychologique chez l’enfant, Paris, Masson.
    • Mazeau M. (2005), Neuropsychologie et troubles des apprentissages : du symptôme à la rééducation. Paris, Masson.
    • Mellul N., Werner-Mellul E., Ayass N. (2010), « Stimulation de l’oralité etgrande prématurité », in Rééducation orthophonique, 241, 91-102.
    • Monfort M., Juarez-Sanchez A. (1996), L’intervention dans les troubles graves de l’acquisition du langage et les dysphasiesdéveloppementales, Isbergues, Ortho-Édition.
    • Monfort M, Juarez A et Monfort-Juarez I. (2005), Les troubles de la pragmatique chez l’enfant, Isbergues, Ortho-Édition-ENTHA.
    • Monfort M. (2006), « Dysphasie et surdité », in Compétences cognitives, linguistiques et sociales de l’enfant sourd – pistes d’évaluation, Hage C., Charlier B. et Leybaert J., Bruxelles, Mardaga, pp 150-164.
    • Morel L. (2008), « Éducation précoce au langage dans les handicaps de l’enfantde type sensoriel, moteur, mental », in Les approches thérapeutiques en orthophonie, Tome 1, Isbergues, Ortho-Édition.
    • Moro M-R. (2010), Nos enfants demain. Pour une société multiculturelle, Paris, Odile Jacob.
    • Mucchielli-Bourcier A. (1979), Éducateur ou thérapeuthe, Paris, ESF.
    • Nadel J. (2011), Imiter pour grandir, développement du bébé et de l’enfant avec autisme, Paris, Dunod.
    • Pireyre E. (2011), Clinique de l’image du corps, de la pratique aux concepts, Paris, Dunod.
    • Rogé B. (2008), L’autisme, comprendre et agir, Paris, Dunod. 2005.
    • Rondal J-A., Seron X. (2000), Troubles du langage. Bases théoriques, diagnostic et rééducation, Hayen, Mardaga.
    • Rondal J-A. (2007), Orthophonie contemporaine, Isbergues, Ortho Édition.
    • Sauvage D., Adrien J-L. (1998), Autisme du nourrisson et du jeune enfant, 2° édition, Paris, Masson.
    • Senez C. (2002), Rééducation des troubles de l’alimentation et de déglutition dans les pathologies d’origine congénitales etles encéphalopathies acquises, Marseille, Solal.
    • Sidobre P., Chevallier C., Soriano G., Puech M. (2011), Saveurs partagées : la gastronomie adaptée aux troubles de la déglutition, 80 recettes hachées et mixées, Marseille, Solal.
    • Stern D. (2003), Le Monde interpersonnel du nourrisson, Paris, PUF.
    • Sylvestre A. (2000), Infirmité motrice cérébrale et handicaps multiples, in Troubles du langage. Bases théoriques, diagnostic et rééducation, Rondal J-A., Seron X., Hayen, Mardaga, pp 701-726.
    • Tallal P., Piercy M. (1973), « Defects of non-verbal auditory perception in children with developmental aphasia», Nature, 241, 468-469.
    • Tallal.P, Miller S.L., Bedi G., Byma G., Wang X., Nagarajan S.S, Schreiner C., Jenkins W.M.,Merzenichm .M. (1996), « Language Comprehension in Language-Learning Impaired Children Improved with Acoustical Modified Speech », Science, vol 271, 81-84.
    • Thibault C. (1997), « Efficacité de la rééducation du comportement neuromusculairede la région oro-faciale », Glossa, 57, 42-50.
    • Thibault C. (1998), « Voix et oralité chez l’enfant dysphonique », Rééducation orthophonique, 194, 93-98.
    • Thibault C. (2004), « Éditorial », Les troubles de l’oralité alimentaire chez l’enfant, Rééducation Orthophonique, 220, 3-7.
    • Thibault C. (2007), Orthophonie et oralité, la sphère oro-faciale de l’enfant. Troubles et thérapeutiques, Paris, Masson.
    • Thibault C. (2008), « Rééducation des troubles d’articulation (isolés, d’origineperceptive et liés à des déficiences d’origine organique) », in Les approches thérapeutiques en orthophonie, Tome 1, Isbergues Ortho-Édition.
    • Thibault C. (2010), « L’accompagnement orthophonique à l’aube de la vie », La revue francophone d’Orthoptie, 4, pp168–171.
    • Van Waeyenberghe M. (2010), « Approche orthophonique des enfants sans langage », Rééducation orthophonique, 241, 111-120.
    • Vernel-Bonneau F., Thibault C. (1999), Les fentes faciales, Paris, Masson.
    • Westrup B. (2007), « Newborn individualized Care and Assesment program (NIDCAP) family-centrated developmentally supportive care», Early Human development, 83, 443-449.
    • Wetherby A.M., Cain D.H., Yonclas D.G.,WalkerV.G. (1981), « Analysis of intentional communication of normal children from the prelinguistic to the multiword stage», Journal of Speech and Hearing Research, 31, 240-252.
    • Wetherby A.M., Watt N., Morgan N., Shumway S. (2007), « Social communication profiles of children with autism spectrum disorders late in thesecond year of life», Journal of Autism and Developmental Disorders, 37, 960-975.
    • Winnicott D. (1975), Jeu et réalité. L'espace potentiel, Paris, Gallimard.