Orthophonie pédiatrique et psychométrie.

  • Titre :

    «Orthophonie pédiatrique et psychométrie.»
  • Intervenant :

    Laurent LESECQ
  • Résumé :

    «Orthophonie pédiatrique et psychométrie. Partie 1»

    De la déficience mentale à la précocité intellectuelle : Interprétation des tests psychométriques enorthophonie.

    Si les orthophonistes ont souvent des relations professionnelles privilégiées avec les psychologues - qu’ils soient cliniciens ou à compétence neuropsychologique - il n’est pourtant pas toujours aisé pour eux de tirer les informations pertinentes pouvant lesaider, tant au niveau du diagnostic orthophonique que de la rééducation. En effet, la connaissance des orthophonistes de la psychométrie est le plussouvent empirique, avec une vue d’ensemble approximative et quelques idées reçues.

    L’objectif de cette journée de formation est donc de permettre aux orthophonistes de prendre connaissance de l’historique de la psychométrie (desprécurseurs à nos jours), de passer en revue les différents tests, d’apprendre à en tirer les informations permettant d’en extraire entre autre les marqueurs de troubles spécifiques. Nous nous intéresserons ensuite aux singularités de la déficience mentale et dela précocité intellectuelle, aussi bien d’un point de vue général qu’au niveau de la nature de leurs troublesdu langage. Viendra ensuite le temps de s’interroger sur le concept d’intelligence versus celui d’intelligences multiples et des limites de la psychométrie.

    De manière pratique, cette formation comportera deux ateliers pédagogiques:
     - Des études de cas avec bilans orthophoniques et psychométriques pour se familiariser avec les corrélations précédemment évoquées.
     - Des profils psychométriques bruts afin de mettre en œuvre les connaissances acquises au cours de la journée pour les interpréter.

    «Orthophonie pédiatrique et psychométrie. Partie 2.»

    Le bilan psychométrique, une aide au diagnostic…

    La participation antérieure à la 1re journée de formation intitulée « orthophonie pédiatrique et psychométrie partie 1 » est unpréalable indispensable à cette formation.

    Lors de la journée précédente, les stagiaires se sont familiarisés avec le bilan psychométrique autravers de la présentation de son historique, de ses limites et de ce pour quoi il est fait : une évaluation de l'adaptation scolaire.

    Cette formation « partie 2 », suite logique de la précédente a pour but de préciser et d'approfondirl'apport qualitatif de la psychométrie dans l'établissement du diagnostic orthophonique. Nous aborderons aussi la sémiologie orthophonique au travers desdifférents troubles des apprentissages qu’ils soient comorbides ou isolés.
  • Programme :

    • 1ère journée :

      • 9h00 - 9h30 : Tour de table, retour sur la grille APP et les demandes des stagiaires. Historique de la psychométrie.
        Les classifications internationales des troubles des apprentissages (CIM 10/ DSM V).

      • 9h30 - 10h00 : présentation des tests suivants : K-ABC, WPPSII, WISC, Progressives Matrices de Raven. Observation détaillée du WISC V et de sa grillede cotation, test le plus utilisé en pédiatrie.

      • 10h00 - 10h30 : Le facteur « g ».

      • 10h30 - 10h45 : pause

      • 10h45 - 11h30 : présentation de profil type : DL-DO, dysphasie, TDAH, déficience, précocité…

      • 11h30 - 12h30 : atelier n°1. Etudes de cas de pathologies pédiatriques diverses avec bilan orthophonique, psychométrique et diagnosticfinal.

      • 12h30 - 14h00: pause repas.

      • 14h00 - 14h45: atelier n°2. Présentation de profils psychométriques bruts et mise en œuvre des connaissances acquises par les participants pour entirer des informations pertinentes.

      • 14h45 - 15h30 : singularités générales et orthophoniques de la déficience mentale et de la précocité intellectuelle.

      • 15h30 - 16h00 : limites de la psychométrie.

      • 16h00 - 16h15 : pause

      • 16h15 - 16h45 : concept d’intelligences multiples.

      • 6h45 - 17h30 : l’intelligence émotionnelle. Abord du mindfulness. Questions. Suggestions bibliographiques.
    • 2ème journée :

      • 9h00 - 12h30 : Bref rappel de la partie 1 :
        • Les tests psychométriques les plus utilisés : qu'évaluent-ils ?
        • Le WISC IV: revue détaillée de chaque épreuve et corrélations avec les épreuves orthophoniques, principe du recoupement avec les épreuves du bilanorthophonique.
        • Les indices facteur G...
        • Quels profils psychométriques évocateurs de quels troubles?
        • Le screening dans le diagnostic orthophonique : les comorbidités, un diagnostic complexe à toujours envisager (QI faible versus déficience mentale).
        • Atelier : A partir des bilans psychométriques apportés par les stagiaires (ou fournis par mes soins par défaut), nous mettrons en applicationles connaissances acquises au cours de ces deux journées: diagnostic et diagnostic différentiel.

      • 12h30 - 14h00 : pause repas.

      • 14h00 - 17h15 :
        • La sémiologie orthophonique.
        • Les marqueurs de troubles spécifiques: retard ou déviance? Proposition d’un arbre décisionnel pour le diagnostic des TSL. Les troubles non verbaux:

          • Trouble Déficitaire de l'Attention avec ou sansHyperactivité (TDAH).
            Définition, symptomatologie, critères d'inclusion.
          • Syndrome dysexécutif.
            Définition, symptomatologie, critères d'inclusion.
          • Le trouble anxieux.
            Définition, symptomatologie, critères d'inclusion.
          • Le Trouble d'Acquisition de la Coordinationmotrice (TAC)/ la dyspraxie.
            Définition, symptomatologie, critères d'inclusion.
        • 17h15-17h30 : Questions/Réponses et conclusions. Questionnaire de satisfaction + questionnaire de validation des acquis. Conclusions.
  • Durée :

    2 jours soit 14 heures en présentiel
  • Déroulé pédagogique de l’action :

    1. Activité d’analyse des pratiques (APP) en non présentiel, pré-session cognitive (grille à remplir directement sur le internetde l’AEPVLC www.aepvlc.fr).
    2. Session cognitive présentielle.
    3. Activité d’EPP en non-présentiel, post-session cognitive.
  • Mise en œuvre des méthodes HAS :

    Approche dominante : cognitive complétée par une action d’analyses des pratiques articulée avec l’action cognitive.
  • Moyen d’Encadrement :

    Un représentant de l’AEPVLC, sera présent lors de cette formation, pour assurer lesuivi de l’enseignement et vérifier le bon fonctionnement de la formation.
    Une liste d’émargement sera signée au début de chaque demi-journée.
    Le responsable des relations avec les stagiaires est joignable par téléphone au 06.95.68.56.74, par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ainsi que par courrier postal à : AEPVLC – 11 rue du Haut Pavé – 91150 – ETAMPES.
  • Méthodes pédagogiques mises en œuvre :

    • support power point/pdf remis au stagiaire 10 jours avant le début du module,
    • supports écrits et vidéos,
    • ateliers, travaux pratiques, jeux de rôle.
  • Méthodes d’évaluation de l’action proposée :

    Questionnaire d’Evaluation des Pratiques Professionnels :

    La grille d’EPP est une méthode d’évaluation des pratiques qui mesure les écarts entre la pratique réelle observée et lapratique attendue ou recommandée (recommandations de bonne pratique…) à partir de critères d’évaluation.

    En fonction des résultats d’une première analyse des pratiques professionnels, les professionnels mettent en place des actionsd’amélioration de la qualité des soins.

    L’impact de ces actions est évalué par une nouvelle mesure des écarts entre la pratique réelle observée et la pratique attendue ourecommandée selon les mêmes critères d’évaluation.

    Questionnaire de satisfaction :

    Un questionnaire de sortie de stage (évaluation critique de la formation par les participants) sera remis aux stagiaires à lafin de la session présentielle.

    Questionnaire d’évaluation des acquis :

    Analyse collective et rétrospective de cas cliniques ayant pour objectif la mise en œuvre et le suivi pour améliorer la qualité etla sécurité des soins.

    Questionnaire d’évaluation de l’amélioration des pratiques à distance :

    Les questionnaires de satisfaction font l’objet d’une analyse qualitative et quantitative des résultats pour l’Association.

    Les questionnaires d’évaluation des acquis sont analysés par le formateur.

    L’analyse des réponses aux questionnaires met en évidence les moyens pédagogiques ayant eu le plus d’impact sur la pratique professionnelle des stagiaires, leur satisfaction et leur implication, ce qui permet au comité de pilotage de dégager des axes pertinents d’amélioration des formations ultérieures à mettre en œuvre, en terme de contenu, d’objectifs de formation,et de moyens.
  • Bibliographie :

    • ANAE n°118. Le langage écrit et ses troubles. Septembre 2012.
    • ANAE n°116. L’apprentissage du langage écrit et ses troubles. Février 2012.
    • ANAE n°119. Haut potentiel des enfants. Octobre 2012.
    • ANAE n°120/121. Dyscalculie ou innumérisme. Novembre-décembre 2012.
    • Barbeau Martine. Ducarne de Ribaucourt Blanche, Neuropsychologie visuelle. De Boeck. 1993.
    • Clément Céline. Le TDA/H chez l’enfant et l’adolescent. Solal-De Boeck. 2013.
    • Delaubier Jean-Pierre. La scolarisation des élèves intellectuellement précoces. Rapport à monsieur le Ministre de l’éducationNationale. MEN. Janvier 2002.
    • Gardner Howard. Les formes de l’intelligence. Ed : Odile Jacob Paris. 1997.
    • Gérard Christophe-Loïc. Brun Vincent. Les dyspraxies de l’enfant. Elsevier Masson. Paris. 2005.
    • Gil Roger. Neuropsychologie. Masson. Paris.2003.
    • Grégoire Jacques. L'examen clinique de l'intelligence de l'enfant : Fondements et pratique du WISC-IV. Mardaga. Bruxelles. 2009.
    • Goleman Daniel. L’intelligence émotionnelle. Robert Laffont. Paris. 1999.
    • Hommet Caroline, Jambaqué Isabelle, Billard Catherine, Gillet Patrice. Neuropsychologie de l’enfant et troubles du développement. Solal. 2005.
    • Huteau Michel, Lautrey Jacques Evaluer l'intelligence : Psychométrie cognitive PUF. Paris. 2003.
    • Lautrey Jacques. Les tests d’intelligence et la mesure de l’esprit. Université de tous les savoirs. Canal U. Novembre 2001. Canal-U.
    • Lederle Emmanuelle,    Brin    Frédérique,    Catherine    Courrier,    V.Masy    .Dictionnaire d’orthophonie. L’Ortho édition.
    • Isbergues.2011.
    • Leloup Gilles, Casalis Séverine, Bois Parriaud Françoise. Prise en charge des troubles du langage écrit chez l’enfant.Elsevier-Masson. Issy les Moulineaux. 2013.
    • Lussier Francine, Flessas Janine. Neuropsychologie de l’enfant. Dunod. Paris. 2001.
    • Des Portes V, Livet M.O., Vallée L. Démarche diagnostique devant une déficience mentale. Société française de neuropédiatrie(SFNP) de l’enfant. Éditions scientifiques et médicales Elsevier.2002.
    • Revol Olivier. Même pas grave ! : L'échec scolaire, ça se soigne . J’ai lu. Paris .2007.
    • Siaud-Facchin Jeanne. L'enfant surdoué : L'aider à grandir, l'aider à réussir Odile Jacob Paris. 2008.
    • Siaud-Facchin Jeanne. Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué. Odile Jacob Paris. 2008.
    • Terrassier Jean Charles, Gouillou Philippe. Guide pratique de l’enfant surdoué. ESF. 2008
    • Turgeon Lyse (sous la direction). Les troubles anxieux chez l’enfant et l’adolescent. Solal. Paris.2007.