L’orthophoniste et l’enfant agité : repérage d’un TDA/H et orientation.

  • Titre:

    «L’orthophoniste et l’enfant agité : repérage d’un TDA/H et orientation.»
  • Intervenant:

    Jean CHAMBRY
  • Résumé:

    De plus en plus d’orthophonistes sont confrontés à des enfants ayant des troublesdes apprentissages qui présentent par ailleurs des troubles du comportement. Ces problèmes sont-ils d’ordre éducatif ou s’inscrivent-ils dans une pathologiepsychiatrique ? Les approches neurodéveloppementales et psychopathologiques se confrontent, se complètent et parfois s'opposent. Les nouveaux diagnostics quisont proposés comme le déficit de l’attention, le trouble oppositionnel, le trouble des conduites, sont-ils pertinents ? Quelle intrication entre troubledu spectre de l’autisme et l’agitation ? Les troubles anxiodépressifs et de l’estime de soi peuvent aussi entrainer des difficultés comportementales.

    À partir de leurs observations les orthophonistes participent à la démarche diagnostique et facilitent l’orientation de ces enfants, tout en tenantcompte de la spécificité de chaque enfant et de chaque famille. Par ailleurs, elles aménagent leurs prises en charge en tenant compte des diagnostics évoqués.

    • Objectifs:
      • Connaître les différentes approches de l'agitation au travers de la psychopathologie, de l'approche neurodéveloppementale.
      • Orienter vers les lieux de soins adaptés en fonction des observations recueillies.
      • Faciliter l'accompagnement des familles, de l'école.
  • Programme:

    • 1ère journée:

      • 9h00-9h30: Présentation du cadre, du formateur et rappel des objectifs de la session. Synthèse et résumé desattentes des stagiaires.

      • 9h30-10h30: en quoi le TDA/H peut concerner les orthophonistes ?

        Définition du syndrome TDA/H : de quoi parle-t-on ? du fonctionnement attentionnel normal à la pathologie.

        • Les capacités attentionnelles.
        • Définition du TDA/H
        • Prévalence du TDA/H
        • Co-morbidité
      • 10h30-11h00: Repères et orientation face aux principaux diagnostics neurodéveloppementaux sourcesd’agitation et d’inattention.

        • Identifier la problématique attentionnelle au quotidien.
        • Les autres causes de l’inattention : la déficience mentale, l’inhibition psychique, le trouble dela pensée envahie ou entravée, l’enfant rêveur.
      • 11h00-11h15: pause

      • 11h15-12h00: savoir identifier l’hyperactivité et l’impulsivité.

      • 12h00-12h30: Échanges

      • 12h30-14h00: pause repas

      • 14h00-16h00 : démarche diagnostique à partir du bilan orthophonique.

        • Critères diagnostiques du TDA/H à partir du DSMV
        • travaux de la HAS février 2015
        • les critères d’inattention
        • les critères d’hyperactivité et d’impulsivité
      • 16h-16h15: pause

      • 16h15-17h30 : Groupe d’Analyse des pratiques : Présentation de vignettes cliniques, de cas sur dossier et en vidéo:
        Travail en petit groupe sur les plaintes exprimées par l’enfant et celles émanant des parents.
        Analyse d’écrits émanant du personnel scolaire.

        A l’issu de cette séquence l’orthophoniste sera capable de repérer le cortège des signes évocateurs d’unTDA/H, leur persistance dans le temps, leur intensité et leur retentissement sur tous les milieux de vie de l’enfant. L’orthophoniste pourra faire ladistinction entre ce qui relève d’une pathologie ou d’une difficulté secondaire à un autre trouble.
    • 2ème journée:

      Les outils du repérage pour l’orthophoniste : La trousse d’évaluation du TDA/H

      • 9h00-10h30 : le SNAP IV 90 items

        Le SNAP IV permet d’identifier les comportements d’inattention, d’impulsivité et d’hyperactivité et également lestroubles oppositionnels ainsi que les troubles anxio- dépressifs.

      • 10h30-10h45: pause

      • 10h45-12h00 : Le WFIRS : Weiss Functional Impairment Rating Scale Self-Report L’échelle évalue: le milieufamilial, le milieu scolaire , les aptitudes à la vie quotidienne l’estime de soi , le fonctionnement social, les comportements à risque.

      • 12h00-12h30: échanges

      • 12h30-14h00: pause repas

      • 14h00-15h30: l’évaluation orthophonique dans l’évaluation multidisciplinaire Les difficultés dudiagnostic demandent une équipe multidisciplinaire où l’orthophoniste a toute sa place, ainsi que dans le suivi et la prise en charge de ces enfants

      • 15h30-15h45: pause

      • 15h45-17h00: Groupe d’Analyse des pratiques : Présentation d’un cas clinique d’enfant impulsif (dossier médical, compte-rendu de bilan orthophonique et vidéo) et d’un cas d’adolescentinattentif (vidéo, dossier médical et compte-rendu de bilan orthophonique). Cotation de questionnaires SNAP IV et WFIRS .

        Travaux pratiques:

        Travail réflexif en petits groupes : à l’issu de cette séquence l’orthophoniste sera en mesure de préconiser lesdifférents types de prise en charge possibles: il s’agit pour les participants d’être capable de définir, en fonction des troubles (agitation, impulsivité,inattention) mis en évidence avec le bilan orthophonique , le type de prise en charge le plus pertinent et le plus adapté pour le patient concerné et de fixerses objectifs rééducatifs.

      • 17h00-17h30: Questionnaire de satisfaction + questionnaire de validation des acquis. Correction etconclusion.
  • Durée:

    2 jours soit 14 heures en présentiel
  • Déroulé pédagogique de l’action:

    1. Activité d’analyse des pratiques (APP) en non présentiel, pré-session cognitive (grille à remplir directementsur le internet de l’AEPVLC www.aepvlc.fr).
    2. Session cognitive présentielle.
    3. Activité d’EPP en non-présentiel, post-session cognitive.
  • Mise en œuvre des méthodes HAS:

    Approche dominante : cognitive complétée par une action d’analyses des pratiques articulée avec l’action cognitive.
  • Moyen d’Encadrement:

    Un représentant de l’AEPVLC, sera présent lors de cette formation, pour assurer le suivi de l’enseignement et vérifier lebon fonctionnement de la formation.

    Une liste d’émargement sera signée au début de chaque demi-journée.

    Le responsable des relations avec les stagiaires est joignable par téléphone au 06.95.68.56.74, par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ainsi que par courrier postal à : AEPVLC – 11 rue du Haut Pavé – 91150 – ETAMPES.
  • Méthodes pédagogiques mises en œuvre:

    1. support power point/pdf remis au stagiaire 10 jours avant le début du module,
    2. supports écrits et vidéos,
    3. ateliers, travaux pratiques, jeux de rôle.
  • Méthodes d’évaluation de l’action proposée:

    Questionnaire d’Evaluation des Pratiques Professionnels:

    La grille d’EPP est une méthode d’évaluation des pratiques qui mesure les écarts entre la pratique réelle observéeet la pratique attendue ou recommandée (recommandations de bonne pratique…) à partir de critères d’évaluation.

    En fonction des résultats d’une première analyse des pratiques professionnels, les professionnels mettent en place desactions d’amélioration de la qualité des soins.

    L’impact de ces actions est évalué par une nouvelle mesure des écarts entre la pratique réelle observée et la pratiqueattendue ou recommandée selon les mêmes critères d’évaluation.

    Questionnaire de satisfaction:

    Un questionnaire de sortie de stage (évaluation critique de la formation par les participants) sera remis auxstagiaires à la fin de la session présentielle.

    Questionnaire d’évaluation des acquis:

    Analyse collective et rétrospective de cas cliniques ayant pour objectif la mise en œuvre et le suivi pour améliorerla qualité et la sécurité des soins.

    Questionnaire d’évaluation de l’amélioration des pratiques à distance:

    Les questionnaires de satisfaction font l’objet d’une analyse qualitative et quantitative des résultats pourl’Association.
    Les questionnaires d’évaluation des acquis sont analysés par le formateur.

    L’analyse des réponses aux questionnaires met en évidence les moyens pédagogiques ayant eu le plus d’impact sur la pratique professionnelle des stagiaires, leur satisfaction et leur implication, ce qui permet au comité de pilotage de dégager des axes pertinents d’amélioration des formations ultérieures à mettre en œuvre, en terme de contenu, d’objectifs de formation,et de moyens.
  • Bibliographie:

    • Taylor E, Dopfner M, Sergeant J, AshersonP,Banaschewski T, Buitelaar J, et al. European clinical guidelines for hyperkineticdisorder -- first upgrade. Eur Child Adolesc Psychiatry2004;13(Suppl 1):7-30.
    • Excoffier E. Qu'est-ce que le trouble déficit de l'attention/hyperactivité . Troubles du comportement de l'enfant.Rev Prat2006;56(4).
    • Institut national de la santé et de larecherche médicale, Expertise opérationnelle. Santé de l'enfant : propositions pour un meilleur suivi. Paris: INSERM; 2009.
    • Purper-Ouakil D,    Roudiès    R.    Hyperactivité    :    aspects    thérapeutiques.    Rev    Prat Méd Gen2011;(861):675-381.
    • Aubron V. Les enjeux de l'évaluation du trouble déficitaire attentionnel avec hyperactivité (TDAH) : à propos de deuxcas Neuropsychiatrie de l'enfance et de l'adolescence 2007;55(3).
    • Scottish Intercollegiate Guidelines Network. Management of attention deficit and hyperkinetic disorders in children and young people. Anational clinical guideline n°112. Edinburg: SIGN; 2009.
    • Bourgueil T. L'accompagnement psychologique des enfants présentant un trouble déficitaire de l'attention avecou sans hyperactivité. La Nouvelle Revue de l'adaptation et de la scolarisation 2008;40.
    • Purper-Ouakli D. Traitements du trouble déficit de l'attention / hyperactivité. Rev Prat 2006;56:381- 88.
    • Purper-Ouakil D, Wohl M, Cortese S, Michel G,Mouren M. Le trouble déficitaire del'attention- hyperactivité (TDAH) de l'enfant et de l'adolescent. Ann Medico Psychologiques2006;164(1):63-72.
    • Centre pédiatrique des pathologies du sommeil du CHU Robert Debré. Confrontation des pratiques européennes au sujet du TDAH -synthèses des communications 2009.
      <http://www.tdah-france.fr/confrontation-despratiques.html> .
    • Lecendreux M. Epidémiologie du TDAH en France 2011.
      <http://www.tdahfrance. fr/Epidemiologie-du-TDAH-en-France-Dr.html>
    • Association HyperSupers TDAH France. Trouble déficit de l'attention/hyperactivité et interventions thérapeutiques.Colloque du 28septembre 2012 organisé en partenariat avec l'hôpital Robert Debré et l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense 2012.
      <http://www.tdah-france.fr/Dossier-de-Presse-TDAH-et.html> .
    • American Psychiatric Association. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. DSM-5. Washington DC, 2013. Editeur: APA.
    • Barkley R.A., Murphy K.R. Attention-Deficit Hyperactivity Disorder: A Clinical Workbook (2nd edn.). New York, 1998.Editeur: The Guilford Press.
    • Bergès J. L'enfant agité. 2001. Editeur: Grape n° 43. Problématiques;.
    • Garoux Roger , Bourrat Marie-Michèle Les relations parents-enfants. De la naissance à la puberté. 192 pages. 2003.Editeur: Armand Colin.
    • Joly Fabien, Bursztejn Claude. L’enfant hyperactif : De quoi s'agit-il ? Pourquoi s'agite-t-il ?. Edition Papyrus. 2008.
    • Marcelli Daniel, Cohen David. Enfance et psychopathologie (10ème édition). 276 pages. 2016. Editeur: Elsevier-Masson.
    • Cohen D., Leo J., et coll. A boy who stops taking stimulants for "ADHD": commentaries on a Pediatrics case study. Pages: 189-209. Ethical Hum Sci Serv. Volume 4, Numéro du journal: 3. 2002.
    • Cohen D. J., Dibble E., et coll. Fathers' and mothers' perceptions of children's personality. Pages: 480-7. Arch Gen Psychiatry. Volume 34, Numéro du journal: 4. 1977.
    • Lauth B., Arnkelsson G. B., et coll. Parent-youth agreement on symptoms and diagnosis: assessment with a diagnostic interview in an adolescent inpatient clinical population. Pages: 315-22. J Physiol Paris. Volume 104, Numéro du journal: 6. 2010.
    • Vayazopoulos R. Enfant instable, enfant agité, enfant excité. Pages: 26-34. Enfance et psychiatrie, Numéro du journal: 14. 2001.
    • Welniarz B, Lauth Bertrand. Prescriptions de psychotropes chez l’enfant (Deuxième dossier coordonné). Perspectives Psy, Numéro du journal: 1. 2004.
    • Haute Autorité de Santé, Groupe de travailprésidé par le Dr Jean Chambry. Conduite à tenir en médecine de premier recours devant un enfant ou un adolescent susceptible d'avoir un trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité. Saint-Denis la plaine, 2014. Editeur: HAS.