Le Lidcombe expert et le STS programme pour l'enfant d'âge scolaire : Etude de cas cliniques.

  •  Titre:

    «Le Lidcombe expert et le STS programme pour l'enfant d'âge scolaire : Etude de cas cliniques.»
  • Intervenant:

    Véronique Aumont-Boucand
  • Résumé:

    Attention-Rappel : Il faut avoir déjà fait le stage initial sur le programme Lidcombe pour pouvoir effectuer ce stage de perfectionnement.

    • Le programme Lidcombe est un programme comportemental Australien pour les enfants d’âge préscolaire basé sur le renforcement positif. Il est administré par lesparents, l’orthophoniste les aidant chaque semaine. Il améliore la relation Parent/enfant ; il est plus facile à mettre en place et souvent plus rapide queles rééducations plus traditionnelles. Ce programme apporte de nouveaux outils efficaces pour la prise en charge du bégaiement. Ce programme a été parla suite adapté aux enfants d’âge scolaire.

    • Ce stage Lidcombe Expert vous propose d’approfondir le programme Lidcombe afin d’améliorer les prises en charge du bégaiement et l’évaluation des pratiquesprofessionnelles sur ce programme.

    • Nous parlerons aussi du programme STS, « Syllable Timed speech », programme performant pour les enfants d’âge scolaire.
  • Programme :

    • 1ère journée:

      • 9h - 9h30: présentation du cadre, du formateur et rappel des objectifs de la session.
        Synthèse et résumé des attentes des stagiaires + retour sur les questionnaire pré-formation (grilles APP).

      • 9h30 - 10h45: Questionnement sur les difficultés des participants à utiliser le programme Lidcombe.

      • 10h45 - 11h 00: Pause 15 mn

      • 11h00 - 12h30: Révision de tous les éléments du programme Lidcombe

      • 12h30 -14h00: pause repas

      • 14h00 - 15h30 : Etudes de cas cliniques apportés par les participants

      • 15h45 - 16h00: Pause 15 mn

      • 16h00 - 17h30: Cas cliniques et application du programme aux enfants d’âge scolaire.
        Vidéos et résolution deproblèmes.
    • 2ème journée:

      • 9h00 - 10h30: « Syllable Timed speech », programme performant pour les enfants d’âge scolaire:
        • Présentation,explication, traitement et vidéos de patients.
          Evaluat
        • ion des pratiques professionnelles à partir de vidéos d’orthophonistes en séance avec leurs patients ou de jeux derôle
          Application
        • du programme aux enfants d’âge scolaire.
      • 10h45 - 11h00: Pause

      • 11h00 - 12h30: Etudes de cas cliniques d’enfant d’âge scolaire apportés par les participants, vidéos etrésolution de problèmes.

      • 12h30 - 14h00: pause repas

      • 14h00 - 17h00: Cas cliniques d’enfants d’âge scolaire:
        • Savoir utiliser le « Self Modeling » pour les enfants qui bégaient de cet âge-là
        • Savoir utiliser le « Time out »
        • Evaluation des pratiques professionnelles à partir de vidéos d’orthophonistes en séance avec leurs patients ou de jeux derôle
      • 17h00 - 17h30: questionnaire de satisfaction + questionnaire de validation des acquis.
        Correction etconclusion.
  • Durée:

    2 jours soit 14 heures en présentiel
  • Déroulé pédagogique de l’action:

    1. Activité d’analyse des pratiques (APP) en non présentiel, pré-session cognitive(grille à remplir directement sur le internet de l’AEPVLC www.aepvlc.fr).
    2. Session cognitive présentielle.
    3. Activité d’EPP en non-présentiel, post-session cognitive.
  • Mise en œuvre des méthodes HAS:

    Approche dominante : cognitive complétée par une action d’analyses des pratiques articulée avec l’action cognitive.
  • Moyen d’Encadrement:

    Un représentant de l’AEPVLC, sera présent lors de cette formation, pour assurer lesuivi de l’enseignement et vérifier le bon fonctionnement de la formation.

    Une liste d’émargement sera signée au début de chaque demi-journée.

    Le responsable des relations avec les stagiaires est joignable par téléphone au06.95.68.56.74, par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ainsi que par courrier postal à: AEPVLC – 11 rue du Haut Pavé – 91150 – ETAMPES.
  • Méthodes pédagogiques mises en œuvre:

    • Support power point/pdf remis au stagiaire 10 jours avant le début du module,
    • Supports écrits et vidéos,
    • Ateliers, travaux pratiques, jeux de rôle.
  • Méthodes d’évaluation de l’action proposée:

    Questionnaire d’Evaluation des Pratiques Professionnels:

    La grille d’EPP est une méthode d’évaluation des pratiques qui mesure les écarts entre lapratique réelle observée et la pratique attendue ou recommandée (recommandations de bonne pratique…) à partir de critères d’évaluation.

    En fonction des résultats d’une première analyse des pratiques professionnels, les professionnels mettent en place des actionsd’amélioration de la qualité des soins.

    L’impact de ces actions est évalué par une nouvelle mesure des écarts entre la pratiqueréelle observée et la pratique attendue ou recommandée selon les mêmes critères d’évaluation.

    Questionnaire de satisfaction:

    Un questionnaire de sortie de stage (évaluation critique de la formation par lesparticipants) sera remis aux stagiaires à la fin de la session présentielle.

    Questionnaire d’évaluation des acquis:

    Analyse collective et rétrospective de cas cliniques ayant pour objectif la mise enœuvre et le suivi pour améliorer la qualité et la sécurité des soins.

    Questionnaire d’évaluation de l’amélioration des pratiques à distance:

    Les questionnaires de satisfaction font l’objet d’une analyse qualitative et quantitative des résultats pour l’Association.

    Les questionnaires d’évaluation des acquis sont analysés par le formateur.

    L’analyse des réponses aux questionnaires met en évidence les moyens pédagogiques ayant eu le plus d’impact sur la pratique professionnelle des stagiaires, leur satisfaction et leur implication, ce qui permet au comité de pilotage dedégager des axes pertinents d’amélioration des formations ultérieures à mettre en œuvre, en terme de contenu, d’objectifs de formation, et de moyens.
  • Bibliographie:

    • Arbel-Delestrange, C, Lawson, A (2014-2015), leprogramme Lidcombe, nouvelles mesures d’évaluation de son efficacité en France, mémoire en vue de l’obtention du CCO.
    • Bonelli, P., Dixon, M., Ratner, N. B., &Onslow, M. (2000). Child and parent speech and language following the Lidcombe Programme of early stuttering intervention. clinical linguistics &phonetics, 14(6), 427-446.
    • Bridgman, K., Onslow, M., O’Brian, S., Jones,M., & Block, S. (2016). Lidcombe Program webcam treatment for early stuttering: A randomized controlled trial. Journal of Speech, Language, andHearing Research, 59(5), 932-939.
    • de Sonneville-Koedoot, C., Stolk, E., Rietveld,T., & Franken, M. C. (2015). Direct versus indirect treatment for preschool children who stutter: The RESTART randomized trial. PloS one, 10(7), e0133758.
    • Franken, M. C. J., Kielstra-Van der Schalk, C.J., & Boelens, H. (2005). Experimental treatment of early stuttering: A preliminary study. Journal of Fluency Disorders, 30(3), 189-199.
    • Goodhue, R., Onslow, M., Quine, S., O’Brian, S.,& Hearne, A. (2010). The Lidcombe program of early stuttering intervention: mothers’ experiences. Journal ofFluency Disorders, 35(1), 70-84.
    • Harris, V., Onslow, M., Packman, A., Harrison,E., Menzies, R., (2002). Experimental investigation of the impact of the Lidcombe Program on early stuttering; Journal of Fluency Disorders, Vol 7,Issue 3, 203-214
    • Jones, M., Onslow, M., Harrison, E., &Packman, A. (2000). Treating Stuttering in Young ChildrenPredicting Treatment Time in the Lidcombe Program. Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 43(6), 1440- 1450.
    • Jones, M., Onslow, M., Packman, A., Williams,S., Ormond, T., Schwarz, I., & Gebski, V. (2005). Randomised controlled trial of the Lidcombe programme of early stuttering intervention. bmj,331(7518), 659.
    • Kingston, M., Huber, A., Onslow, M., Jones, M.,& Packman, A. (2003). Predicting treatment time with the Lidcombe Program: replication and meta‐analysis. International Journal of Language &Communication Disorders, 38(2), 165-177.
    • Koushik, S., Hewat, S., Shenker, R. C., Jones,M., & Onslow, M. (2011). North-American Lidcombe Program file audit: Replication and meta-analysis. International journal of speech-languagepathology, 13(4), 301-307.
    • Koushik, S., Shenker, R., & Onslow, M.(2009). Follow-up of 6–10-year-old stuttering children after Lidcombe Program treatment: A Phase I trial. Journal of Fluency Disorders, 34(4), 279-290.
    • Latterman, C., Euler, H.A., Neumann, K., (2008),A randomized control trial to investigate the impact of the Lidcombe Program on early stuttering in German-speaking preschoolers, Journal of Fluency Disorders33, 52–65
    • Lattermann, C., Shenker, R. C., &Thordardottir, E. (2005). Progression of language complexity during treatment with the Lidcombe Program for early stuttering intervention. American Journal of Speech-Language Pathology, 14(3), 242-253.
    • Leclercq,A-L., Kister, J. (2015) Bégaiement chezle jeune enfant : données préliminaires sur l’implémentation du programme Lidcombe en clinique Francophone, Anae,135, 001-005
    • Lincoln, M., Onslow, M., Lewis, C., &Wilson, L. (1996). A clinical trial of an operant treatment for school-age children who stutter. American Journalof Speech-Language Pathology, 5(2), 73-85.
    • Lincoln, M. A., Onslow, M., & Reed, V.(1997). Social validity of the treatment outcomes of an early intervention program for stuttering. American Journal of Speech-Language Pathology, 6(2), 77-84.
    • Mansson, H. (2000). Childhood stuttering:Incidence and development. Journal of Fluency Disorders, 25, 47–57.
    • Miller, B., & Guitar, B. (2009). Long-termoutcome of the Lidcombe Program for early stuttering intervention. American Journal of Speech-Language Pathology, 18(1), 42-49.
    • Nye, C., Vanryckeghem, M., Schwartz, J. B.,Herder, C., Turner, H. M., & Howard, C. (2013). Behavioral stuttering interventions for children and adolescents: A systematic review and meta-analysis. Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 56(3), 921-932.
    • Onslow, M., Andrews, C., & Lincoln, M.(1994). A control/experimental trial of an operant treatment for early stuttering. Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 37(6), 1244-1259.
    • Onslow, M., Jones, M., O'Brian, S., Packman, A.,& Menzies, R. (2012). Stuttering. Handbook of evidence-based practice in clinical psychology.
    • Onslow, M., & Millard, S. (2012). PalinParent Child Interaction and the Lidcombe Program: Clarifying some issues. Journal of fluency disorders, 37(1), 1-8.
    • Perrot, B. (2013) le Lidcomb program, mémoire envue de l’obtention du CCO, Nancy
    • Rousseau, I., Packman, A., Onslow, M., Harrison,E., & Jones, M. (2007). An investigation of language and phonological development and the responsiveness of preschool age children to the LidcombeProgram. Journal of Communication Disorders, 40(5), 382-397.
    • Tomasi, M. (2013-2014) Le programme Lidcombe :recherche sur l’efficacité de ce programme en France, mémoire en vue de l’obtention du CCO
    • Yairi, E., & Ambrose, N. G. (1999). Earlychildhood stuttering I: Persistency and recovery rates. Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 42, 1097–1112.