Rééducation de la dysorthographie lexicale.

  • Titre:

    «Rééducation de la dysorthographie lexicale.»
  • Intervenant:

    Gilles LELOUP
  • Résumé:

    La dysorthographie reste, à ce jour, un trouble difficile à traiter et pose de nombreuses questions méthodologiques en pratique orthophonique. Les conduites rééducativesse partagent entre des approches pédagogiques, attentionnelles, mnésiques et implicites. Depuis plusieurs années différentes méthodes ont été proposées de l’apprentissage sans erreur à l’apprentissage implicite reposant sur une meilleure compréhension des processus altérés lors del’apprentissage de l’orthographe.

    Objectif de la formation:

    Cette formation traite de la remédiation de l’orthographe chez l’enfant,l’adolescent. Après un rappel théorique des différentes modélisations d’apprentissage de l’orthographe et une proposition d’un cadre d’évaluation de la dysorthographie et de la dysgraphie, il est proposé une revue des protocoles de rééducation et une présentation de protocoles détaillés deremédiation de l’orthographe selon le principe des lignes de base avec une mise en pratique lors d’ateliers à partir d’études de cas. Ces approchesrééducatives se référant aux principes de l’Evidence Based Practice (la pratique fondée sur des preuves issues de la littérature scientifique et de l’expérience clinique) et s’appuie surl’éducation thérapeutique du patient.
  • Programme:

    • 1ère journée:

      • 9h00-9h30: présentation du formateur et rappel des objectifs de la session. Présentation de la problématique. Synthèse et résumé des attentes desstagiaires + retour sur les questionnaire pré- formation (grilles APP).

      • 9h30-10h30 :    Apprentissage    de   l’orthographe.    Modèles    développementaux    et   acquis    de l’orthographe.

      • 10h30-10h45: pause

      • 10h45-12h30: Causes explicatives d’une dysorthographie et cadre général du bilan du langage écrit. Diagnostic orthophonique de la dysorthographie. Les outils d’évaluation. Facteurs de risques et de protectionde la dysorthographie.

      • 12h30-14h00: pause repas

      • 14h00-15h30: Revue de protocoles de rééducation de l’orthographe.

      • 15h30-15h45: pause

      • 15h45-17h30: Principe de L’Evidence Based Practice et approche méthodologique de la remédiation de la dysorthographie (lignes de base, intensité du traitement, partenariat avec les parents et lesenseignants).
    • 2ème journée:

      • 9h00-10h30: Techniques d’interventions orthophoniques : atelier - présentation de protocoles derééducation de l’orthographe. Etudes de cas de troubles (de modéré à sévère) de l’orthographe et de la lecture (dysorthographie – dyslexie)

      • 10h30-10h45: pause

      • 10h45-12h30: Techniques d’interventions orthophoniques : atelier - présentation de protocoles de rééducation de l’orthographe et de la lecture(dysorthographie – dyslexie).

      • 12h30-14h00: pause repas

      • 14h00-15h30: Description des cadres généraux d’intervention selon le niveau scolaire.

      • 15h30-15h45: pause

      • 15h45-17h15: Techniques d’interventions orthophoniques : atelier - présentation deprotocoles de rééducation de l’orthographe. Etudes de cas de dysorthographie associée à une dyslexie (de modéré à sévère) et Synthèse des deux journées.

      • 17h15-17h30: Questionnaire de satisfaction + questionnaire de validation des acquis - Correction.
  • Durée:

    2 jours soit 14 heures en présentiel.
  • Déroulé pédagogique de l’action:

    1. Activité d’analyse des pratiques (APP) en non présentiel, pré-session cognitive (grille à remplir directement sur le internet de l’AEPVLC www.aepvlc.fr).
    2. Session cognitive présentielle.
    3. Activité d’EPP en non-présentiel, post-session cognitive.
  • Mise en œuvre des méthodes HAS:

    Approche dominante : cognitive complétée par une action d’analyses des pratiques articulée avec l’action cognitive.
  • Moyen d’Encadrement:

    Un représentant de l’AEPVLC, sera présent lors de cette formation, pour assurer le suivi de l’enseignement et vérifier lebon fonctionnement de la formation.

    Une liste d’émargement sera signée au début de chaque demi-journée.

    Le responsable des relations avec les stagiaires est joignable par téléphone au 06.95.68.56.74, par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ainsi que par courrier postal à: AEPVLC – 11 rue du Haut Pavé – 91150 – ETAMPES.
  • Méthodes pédagogiques mises en œuvre:

    • Support power point/pdf remis au stagiaire 10 jours avant le début du module,
    • Supports écrits et vidéos,
    • Ateliers, travaux pratiques, jeux de rôle.
  • Méthodes d’évaluation de l’action proposée :

    Questionnaire d’Evaluation des Pratiques Professionnels:

    La grille d’EPP est une méthode d’évaluation des pratiques qui mesure les écarts entre la pratique réelle observée et la pratique attendue ourecommandée (recommandations de bonne pratique…) à partir de critères d’évaluation.

    En fonction des résultats d’une première analyse des pratiques professionnels, les professionnels mettent en place des actions d’améliorationde la qualité des soins.

    L’impact de ces actions est évalué par une nouvelle mesure des écarts entre la pratique réelle observée et la pratique attendue ou recommandéeselon les mêmes critères d’évaluation.

    Questionnaire de satisfaction:

    Un questionnaire de sortie de stage (évaluation critique de la formation par les participants) sera remis aux stagiaires à la fin de lasession présentielle.

    Questionnaire d’évaluation des acquis:

    Analyse collective et rétrospective de cas cliniques ayant pour objectif la mise en œuvre et le suivi pour améliorer la qualité et la sécuritédes soins.

    Questionnaire d’évaluation de l’amélioration des pratiques à distance:

    Les questionnaires de satisfaction font l’objet d’une analyse qualitative et quantitative des résultats pour l’Association.

    Les questionnaires d’évaluation des acquis sont analysés par le formateur.

    L’analyse des réponses aux questionnaires met en évidence les moyens pédagogiques ayant eu le plus d’impact sur la pratique professionnelle des stagiaires, leur satisfaction et leur implication, ce qui permet au comité de pilotage de dégager des axes pertinents d’amélioration des formations ultérieures à mettre en œuvre, en terme de contenu, d’objectifs de formation,et de moyens.
  • Bibliographie:

    • Casalis, S, Leloup, G. & Bois-Parriaud, F. La prise en charge des troubles spécifiques du langage écrit. Paris : Masson ; 2013.
    • Danjon J., Pacton S. Apprentissages implicitesdans l’acquisition de l’orthographe. 2009. Entretiens de Bichat.
    • Fayol, M. & Jaffré, J.P. L'orthographe. 2014; Paris : Collection que sais-je.
    • Ferrand, L. & Ayora, P. Psychologiecognitive de la lecture. 2015. Bruxelles : Solal.
    • Inserm. Expertise collective : dyslexie, dysorthographie,dyscalculie : bilan des données scientifiques. Paris : Inserm ; 2007. http://ist.inserm.fr/basisrapports/dyslexie.html.
    • Launay L, Perret M, Simon I, De Battista E. Et si on rééduquait surtout la voie lexicale?. In Devevey, editors, Dyslexies : Approches thérapeutiques, de la psychologie cognitive à lalinguistique.Solal : Marseille, 2009, 125-156.
    • Pacton S, Afonso-Jaco. Comment les enfantsapprennent-ils l’orthographe des mots? Revue française de linguistique appliquée 2015; 2(20) :51-61.
    • Pothier B, Pothier P. EOLE: échelled'acquisition en orthographe lexicale. Retz : Paris, 2002.
    • Rey A, Pacton S, Perruchet P; L’erreur dansl’acquisition de l’orthographe. Rééducation Orthophonique 2005; 222 : 101-119.
    • Siffrein-Blanc J, George F. L’orthographeLexical. Développements 2010; 1(4) : 27-36. Sous la direction de Thibault M-P. L’orthographe lexicale. Rééducation Orthophonique, 222, 2005.
    • Stanké B. (sous la direction de). Les dyslexies-dysorthographies.2016. Les presses de l’Université du Québec.
    • Sprenger-Charolles L. & Colé P. Lecture etdyslexie - 2e éd. : Approche cognitive. 2006. Malakoff: Dunod.