Intervention orthophonique auprès des jeunes présentant une dyslexie-dysorthographie: Comment généraliser les acquis obtenus en intervention orthophonique par l’enfant à troubles développementaux et aider à leur transfert sur sa scolarité.

L’élève dyslexique est un élève « différent » dont la réussite scolaire dépend en particulier des acquis obtenus par l’intervention orthophonique et de leur transfert sur sa scolarité. Ces transferts reposent sur les aménagements pédagogiques qui lui sont proposés à l’école.

Lorsqu’il arrive au collège, puis au lycée, il est, plus que les autres, perturbé par cette nouvelle organisation scolaire et ses exigences. Il est essentiel que les enseignants de toutes disciplines connaissent les caractéristiques et les manifestations du trouble qui l’affecte et acceptent de lui apporter les aides indispensables à ses apprentissages. L’orthophoniste a alors un rôle de formateur et de guide des enseignants, de médiateur entre enfant/ enseignants/parents.

Le formateur présentera et donnera aux orthophonistes stagiaires des documents de présentation de la dyslexie -dysorthographie à l’intention des enseignants.

Il précisera les spécificités professionnelles, en différenciant les objectifs de repérage, de dépistage et de diagnostic, ainsi que ceux de rééducation et de proposition d’aménagements pédagogiques.

Il présentera les différents plans mis en place par l’éducation nationale : PAP, PAI, PPRE, PPS…

Les types d’aides tant rééducatives que pédagogiques seront différenciées, tant dans leurs modalités que dans leurs objectifs : stratégies de renforcement, de contournement et de remédiation.
Seront déclinées les différentes aides pédagogiques possibles en primaire, au collège et au lycée, dans les différentes disciplines.

Le PIAPEDE (Protocole d’Identification de l’Aménagement Pédagogique et d’Examen pour un élève en Difficulté à l’Ecrit) sera présenté, avec une étude de cas.

La formation sera illustrée par des séquences vidéos. Un document pdf, support de formation, sera remis à chaque stagiaire.

Dominique Crunelle